Bienvenue

Après avoir pris soin de placer ses amis à tous les postes depuis la Commission des impôts directs au Centre Communal d’Action Sociale, du conseil d’administration de la Campagnarde… le maire a fait le choix d’exclure son opposition démocratiquement élue des commissions de la Communauté de Communes. Ainsi, la droite forte a repris la ville. Le député, qui n’a cessé de nous mettre des bâtons dans les roues avec le conseil général, a reconquis son fief ! Nous avons évité la mise sous tutelle financière de la ville, mais pas à la libérer de sa tutelle politicienne. Le « système », dénoncé en son temps par le maire de 2003 qui avait humilié son maître, est à nouveau à l’œuvre. Il a d’ailleurs fait allégeance.
 
Comme il l’avait écrit dans ses documents de propagande : « votre projet, c’est le nôtre », nonobstant la mise en place d’un méthaniseur… En bon capteur d’héritage qu’il est, le maire dans ses déclarations s’approprie donc les projets que nous avons initiés (aménagement de l’esplanade de la gare, poursuite de l’aménagement du cœur de ville…). Il est plus pathétique quand il tente de faire croire qu’il serait à l’origine du fleurissement de la tombe des sœurs Tatin, fleurie depuis chaque année depuis cinq ans maintenant, à notre initiative.
 
Cette équipe hérite aussi des efforts accomplis au cours des six dernières années pour redresser une situation financière calamiteuse. Elle a d’ailleurs voté, à l’unanimité, le compte administratif de l’exercice 2013, après avoir pourtant dénoncé notre gestion. Reste que la plupart des réalisations financées dans le cadre du budget 2014 voté le 17 mars, avant les élections, ont pris du retard. Priorité a été donnée à la tonte des pelouses, en centre ville, au nettoyage des talus ferroviaires et aux impasses privées... L’enveloppe indemnitaire des élus a augmenté, l’ingénieur recruté comme directeur des services techniques a été promu en grade mais aussitôt mis au placard avant d’être mis à la retraite à la fin de l’année. Un vrai gâchis ! Un ami de M. le maire a été embauché en lieu et place... En quelques mois, ce sont près de 100 000 € de frais supplémentaires de personnels qui ont été engagés ! Il ne suffira pas de dénoncer la baisse des dotations de l’Etat, il va falloir continuer à y faire face. A ce rythme c’est bien mal parti…